Une journée pas comme les autres.

Ce matin-là, le réveil sonne à 3 h 30.

L’objectif est de monter de nuit afin d’être sur les hauteurs lorsque le soleil se lève. C’est en effet à ces moments-là que les animaux sont visibles. C’est, pour moi, la première fois que je grimpe une montagne de nuit. Nous avançons en colonne, dans le silence afin de ne pas déranger les animaux qui nous entourent. Seuls le bruit de nos pas, des branches qui craquent sous nos pieds et de notre respiration se font entendre. Il règne en moi un mélange d’excitation et de calme.

La nature est calme autour de nous et je me réjouis de ce que je vais découvrir et des futures possibles rencontres.

À l’orée de la forêt que nous venons de traverser, nous nous équipons avec nos vêtements de camouflage. L’objectif est de ne pas déranger les animaux et de se fondre dans la nature. L’aube se lève et nous repérons notre première piste de celui qu’on est venu rencontrer : le loup. De belles empreintes dans la neige se suivent. Un gros loup est passé. C’est tout frais. Peut-être est-il juste devant nous.

Soudain, apparaît un être curieux… des petites billes toutes rondes, des oreilles pointues, un joli petit museau et une magnifique fourrure… un renard. Ce renard nous accueille. Il vient vers nous. Nous nous taisons, nous nous baissons afin de ne pas l’effrayer. Sur nos visages, c’est l’émerveillement. Ce renard nous approche les uns après les autres. Il joue avec nous. Il se laisse photographier.

Et puis, après un moment, il reprend sa route. Quel beau moment ! Nous continuons notre ascension dans la neige. Le jour se lève et les couleurs sont magnifiques.

Nous suivons toujours la piste. Après un petit moment, nous décidons de nous asseoir pour notre premier affût afin de peut-être observer le loup. Le jour se lève, le vent souffle et nous sommes assis immobiles dans le silence. Au loin, nous pouvons observer les chamois qui courent sur les pentes enneigées.

Tout à coup, il apparaît juste derrière nous.

Ce petit coquin met son museau dans mon sac et en extrait mon T-shirt, qu’il emporte à 3 mètres. Nous le rattrapons et c’est à nouveau un grand moment de joie partagée avec le renard que nous avions croisé plus tôt. Il nous a suivis et cette fois-ci, il n’hésite pas à s’approcher à quelques centimètres de nous. Il est visiblement habitué à ce que des personnes lui donnent de la nourriture, car il fait clairement le tour de nos sacs afin de voir ce qu’il pourrait attraper.

 

 

Nous rigolons beaucoup des jeux et facéties de ce renard. Et après quelques minutes, celui-ci fait demi-tour et continue son chemin. Je vous laisse imaginer ce que l’on peut ressentir dans cette situation… les couleurs magnifiques du lever de soleil, les pentes enneigées, le calme de la montagne, le vent qui caresse nos visages et les facéties de ce renard.

Je n’aurai jamais imaginé vivre cette rencontre.

Nous poursuivons notre journée sur la piste du loup, nous les sentons, ils sont là tout près. J’entre en communication avec eux et ils me disent où ils se trouvent. J’en parle à notre guide qui me dit que c’est une zone protégée où nous ne pouvons aller. C’est OK. Ils sont au calme et à l’abri des regards. C’est le lieu où ils se reposent. À cet instant, je sais que nous ne les verrons pas physiquement. C’est l’animal qui choisit s’il se montre ou pas. Et je respecte cela.

Puis vient le temps de redescendre. Je remercie et nous entamons la descente.

Nous avons tous en pensée ce canaillou de renard avec qui nous avons échangé le matin. Nous rentrons dans la forêt, et puis soudain, un petit museau apparaît juste derrière nous. Il est là, notre ami renard vient vers nous. C’est à nouveau un grand moment d’échange. Il joue, va de l’un à l’autre, s’approche très près et là… contact. Whaouh. Son museau est venu toucher ma main.

Je ressens de la joie, de l’intensité, de la vie. Ce contact, c’est lui qui a choisi de me l’offrir. J’ai simplement tendu mon bras devant, la paume de la main ouverte vers le ciel, en guise de « Je t’accueille si tu le veux » et il a choisi de venir frotter son petit museau l’espace d’un instant dans ma main.

Cet instant est gravé dans ma main, dans mon cœur, tellement la vague d’amour qui s’est ensuivi m’a submergée. C’est dingue de voir à quel point l’interaction libre avec un animal sauvage, peut allumer le cœur de chacun.

Maître renard est un vrai canaillou. Il s’assied au milieu de nous (nous sommes tous autour de lui avec nos appareils photo). Profil gauche, profil droit, de face, assis, debout… une vraie star, ce petit renard. Jamais je n’avais imaginé que la photographie animalière m’amènerait à vivre ce genre de moment. Du moins, pas de façon aussi intense. Je suis remplie de gratitude et communique avec ce renard.

Je lui dis pourquoi je suis là, le remercie et lui demande s’il veut s’exprimer.

Et c’est un grand « Oui »…
Petit renard roux nous attend pour nous montrer que la nature et les esprits sont tout autour de lui. « Regardez la chouette effraie, le mulot, le corbeau et l’esprit de la couleuvre aux grands yeux verts. Tous ces êtres des bois sont présents à chaque instant pour nous rappeler que la forêt est vibrante dans leurs présences légères. Ce sont des gardiens, des sentinelles de la vie sauvage du lieu. Profite de la joie de la rencontre, savoure ce moment fugitif. »

Carole de Finance.

Extrait de Paroles de loups

Share This